Les violences politiques de Ziguinchor encore au menu
Les violences politiques de Ziguinchor encore au menu

Les violences politiques de Ziguinchor encore au menu

Les violences politiques de Ziguinchor encore au menu
Copyright © Senemedia.com


Les quotidiens reçus, mercredi, à l’APS, déplorent les scènes de violence dans le champ politique suite aux affrontements entre militants de Pastef et partisans du DG de l’AIBD par ailleurs responsable de l’Alliance pour la République (APR) dans la commune de Ziguinchor.
 
Des heurts ont éclaté lundi à Boucotte à Ziguinchor entre les militants du leader de Pastef (opposition) Ousmane Sonko et ceux de Doudou Kâ, de la mouvance présidentielle, faisant plusieurs blessés.
 
Ousmane Sonko était à Boucotte-Est pour y rencontrer les opérateurs économiques dont le siège se trouve en face de chez Doudou Kâ.
 
L’As signale qu’’après les violents heurts survenus lundi à Boucotte, dans la commune de Ziguinchor entre militants d’Ousmane Sonko et partisans de Doudou Kâ, les deux responsables ont, tour à tour, fait face à la presse pour apporter leur version des faits’’.
 
Selon le journal, ‘’le député de l’opposition s’est prononcé en premier pour charger le directeur de l’AIBD. Des accusations battues en brèche par ce dernier qui parle de provocation’’.
 
Evoquant ces accusations et contre-accusations, Le Quotidien titre : ‘’Violences politiques à Ziguinchor, les maux d’une bataille’’.
 
Dans son billet ‘’sucré-salé’’’, le journal écrit : ‘’Les violences de Ziguinchor risquent d’être contagieuses…. Avec des acteurs politiques dopés par les ambitions, l’arène politique va être remplie gladiateurs’’.
 
’’Ces élections locales risquent d’être un révélateur de la présidentielle de 2024 qui aiguise déjà des appétits gargantuesques (…)’’, ajoute t-il.
 
Selon L’Info, ‘’le leader de Pastef Ousmane Sonko a averti hier qu’il prendra désormais des mesures idoines pour ne plus se faire surprendre comme cela a été le cas avant-hier, lorsque des supposés proches de Doudou Kâ l’ont attaqué et blessés trois de ses militants à Boucotte’’.
 
En conférence de presse, le député, souligne Le Témoin, a dénoncé ‘’l’attitude de la police, qui, selon lui, est une police aux ordres du pouvoir en place (..)’’.
 
Sud Quotidien aussi rapporte que ‘’Vingt-quatre heures après les affrontements entre partisans de Pastef et ceux du directeur général de l’AIBD, le leader de Pastef charge ce dernier qu’il accuse d’être à l’origine des violences qui ont occasionné des blessés’’.
 
Dans le journal, M. Kâ assure que ‘’la bataille’’ pour la conquête de la mairie de Ziguinchor ‘’aura bel et bien lieu’’. 
 
Libération parle de ‘’guerre des mots’’ entre les deux responsables et écrit : ‘’Sonko hausse le ton, Doudou Kâ réplique’’.
 
Dans Walfadjri, l’ancien ministre-conseiller et ancien président du groupe parlementaire Benoo Bokk Yaakaar, Moustapha Diakhaté prévient que ‘’les violences de Ziguinchor ne sont que le début de barbaries inouïes’’.
 
A trois mois des élections locales de janvier 2022, la violence resurgit déjà, déplore Enquête qui affiche à la Une : ‘’Le retour du monstre’’.
 
’’Tous pyromanes…’’, fustige Kritik.
 






Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Matar BA reconduit Vice-président et représentant de l'Afrique à la Cop8 par acclamations
Matar BA reconduit Vice-président et représentant de l
Mali : Le vice-président du parlement de transition arrêté
Mali : Le vice-président du parlement de transition arrêté
Burkina Faso : Un accusé reconnaît les faits et raconte le film du meurtre de Thomas Sankara
Burkina Faso : Un accusé reconnaît les faits et raconte le film du meurtre de Thomas Sankara
Covid 19 Sénégal : les Chiffres du Jour...
Covid 19 Sénégal : les Chiffres du Jour...