En pleines funérailles, 2 coépouses enceintes se battent pour du lait caillé
En pleines funérailles, 2 coépouses enceintes se battent pour du lait caillé

En pleines funérailles, 2 coépouses enceintes se battent pour du lait caillé

En pleines funérailles, 2 coépouses enceintes se battent pour du lait caillé
Copyright © Senemedia.com


Une bagarre entre deux coépouses enceintes, Mariama Dioum (23 ans) et Bathily Gadjigo (3e épouse), pour un pot de lait caillé, a secoué le quartier Plateau à Tambacounda. 
 
Les faits ont eu lieu, la semaine dernière, en pleine cérémonie funèbre. Ce jour, relate L'Observateur, Bathily Gadjigo servait du lait caillé à l'assistance.
 
C'est à ce moment que débarque la dame Bamby Dioum, maman de Mariama Dioum, laquelle demande à être servie en brandissant un imposant pot. Sa fille, qui suivait la scène, remarque que sa coépouse, n'a pas rempli le pot de sa mère.
 
En colère, elle débite des insanités à l'endroit de Bathily Gadjigo. Cette dernière contre-attaque. Il s'en est suivi une violente altercation en pleine cérémonie funèbre sous le regard médusé de l'assistance.
 
Mariama Dioum, enceinte de 8 mois, s'en tire avec une incapacité temporaire de travail de 2 mois. Idem pour sa coépouses Gadjigo, enceinte de 3 mois, bénéficie d'une Itt de 10 jours.
 
Arrêtées, elles ont été placées sous mandat de dépôt. Jugées au tribunal, où elles se sont encore battues, elles ont été condamnées à 3 jours de prison.






Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Ndindy : Un cultivateur viole une fillette de 8 ans, puis l’abandonne dans la brousse
Ndindy : Un cultivateur viole une fillette de 8 ans, puis l’abandonne dans la brousse
Elle lacère le visage de la maîtresse de son mari qui la traite de...
Elle lacère le visage de la maîtresse de son mari qui la traite de...
Médina: Des prostituées transforment la chambre d'un «Oustaz», en lieu de débauche
 Médina: Des prostituées transforment la chambre d
La livraison de commande de savon vire au viol : "Il m'a demandé de le laisser téter mes seins en guise de..."
La livraison de commande de savon vire au viol : "Il m