À 24H DU MAGAL, TOUBA ENTRE EFFERVESCENCE ET FERVEUR RELIGIEUSE
À 24H DU MAGAL, TOUBA ENTRE EFFERVESCENCE ET FERVEUR RELIGIEUSE

À 24H DU MAGAL, TOUBA ENTRE EFFERVESCENCE ET FERVEUR RELIGIEUSE

À 24H DU MAGAL, TOUBA ENTRE EFFERVESCENCE ET FERVEUR RELIGIEUSE
Copyright © Senemedia.com


À 24h de la célébration de la 126e édition du Grand Magal de Touba, la cité de Cheikh Ahmadou Bamba se plonge déjà dans la ferveur de cet évènement religieux. Pèlerins et commerçants ont déjà pris d’assaut la ville de Touba

 

 

Les premiers pèlerins sont arrivés à Touba pour les besoins du Grand Magal, édition 2021. Ils plongent déjà la cité religieuse dans la ferveur de cet événement religieux, à 48h de sa célébration. La journée du vendredi semble être le jour privilégié des ‘’talibés’’ qui, pour la plupart, veulent assister à la prière de 14h à la Grande Mosquée qui a fait peau neuve. À l’intérieur du lieu de culte, les membres du Dahira Moukhadima-toul khidma ont pris les devants. Dès les premières de la matinée, la commission d’organisation dudit mouvement s’est mise à la tâche. Ses membres ont balayé, parfumé et installé les bâches à l’intérieur comme au niveau de l’esplanade de la mosquée.


« La sécurité et l’organisation de la mosquée sont nos seules préoccupations », nous renseigne le président de la Commission communication et Vice-président dudit dahira, Matar Kane. Parmi les interdits, a-t-il expliqué, il y a les interviews à l’intérieur de la mosquée. Mais le port du masque, quoique respecté par certains fidèles, n’est pas une exigence. À Touba, Coronavirus ne dicte pas sa loi. Ici, le respect des gestes barrières est relégué au second plan même si une infime minorité essaie de s’y conformer.

À l’extérieur, toutes les allées qui mènent vers la grande mosquée sont occupées par des commerçants dont certains sont sur place depuis plus d’une semaine. Au niveau des gares, les pèlerins ne cessent de débarquer. Taxis, clandos, bus, cars et charrettes continuent de déverser leurs clients à l’intérieur de la ville.

À l’entrée de Touba, jusqu’à la Grande Mosquée, en passant par le marché Okass, le constat reste le même. Touba a changé de visage. Mais les coups de balais que les talibés avaient infligés aux artères de la cité religieuse pour préparer le Magal commencent à laisser la place à l’insalubrité. Ce qui ne facilite pas la tâche aux services de nettoyage qui sont présents un peu partout dans la ville. Seulement, avec le ruissellement des eaux de pluies dans certaines artères, le travail de ces agents de nettoyage n’est pas aisé. S’y ajoute, la forte pluie qui est tombée dans la cité religieuse, dans la nuit du jeudi à vendredi, occasionnant l’apparition d’eaux stagnantes dans certaines artères de la ville.







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

A un mois du Ramadan : Les aviculteurs se bousculent chez les vendeurs de poussins
A un mois du Ramadan : Les aviculteurs se bousculent chez les vendeurs de poussins
CAN 2022 : S.E.N.E.G.A.L, l’histoire des 7 lettres qui supportent les Lions
CAN 2022 : S.E.N.E.G.A.L, l’histoire des 7 lettres qui supportent les Lions
CAN 2022: comment la vaccination contre le Covid tempère les ardeurs des supporters
CAN 2022: comment la vaccination contre le Covid tempère les ardeurs des supporters
Préparatifs de la rentrée scolaire : quand la fripe fait l’affaire des parents
Préparatifs de la rentrée scolaire : quand la fripe fait l’affaire des parents