Abubakar Shekau est mort selon Boko Haram
Abubakar Shekau est mort selon Boko Haram

Abubakar Shekau est mort selon Boko Haram

Abubakar Shekau est mort selon Boko Haram
Copyright © Senemedia.com


Cette vidéo vient s'ajouter aux preuves croissantes que le chef controversé de Boko Haram est vraiment mort cette fois.
 
Dans le clip de trois minutes vu par la BBC, un homme vêtu de blanc et coiffé d'un turban noir lit en arabe sur un papier .
 
Il est flanqué de dizaines de combattants armés de fusils et de munitions, debout dans ce qui semble être une zone rurale. Le drapeau noir de Boko Haram est également visible.
 
L'homme qui parle serait le commandant de Boko Haram, Bakura Modu, également connu sous le nom de Sahalaba. Les analystes de la sécurité pensent qu'il pourrait être le nouveau chef du groupe.
 
Selon l'AFP, après la mort de Shekau, ses combattants ont refusé de se rendre au groupe rival de l'ISWAP (province de l'état islamique en Afrique de l'Ouest).
 
Beaucoup avaient espéré que la mort du leader conduirait à une cessation des hostilités entre les deux factions qui se sont séparées en 2016, en raison de différences théologiques.
 
Cette vidéo suggère que cela n'a pas été le cas.
 
Les autorités nigérianes n'ont pas encore fait de commentaire officiel.
 
Lorsque des informations faisant état de la mort de Shekau lors d'un affrontement ont circulé le mois dernier, l'armée nigériane a déclaré qu'elle allait enquêter.
 
Le porte-parole de l'armée, le général de brigade Mohammed Yerima, a déclaré à la BBC que l'armée examinait ce qui s'était passé, mais qu'elle ne ferait pas de déclaration avant d'avoir obtenu des preuves définitives.
 
Quelle est la prochaine étape pour Boko Haram ?
 
 
Par Mayeni Jones, BBC News, Lagos
 
 
Les conséquences de la mort de Shekau pour Boko Haram ne sont pas claires, mais il est peu probable que cela signifie la fin du djihadisme en Afrique de l'Ouest.
 
D'une part, le groupe État islamique - Province d'Afrique de l'Ouest est devenu de plus en plus important dans la région et a mené plusieurs attaques réussies contre l'armée nigériane.
 
Selon les analystes, le groupe pourrait désormais courtiser les anciens combattants de Shekau.
 
Cette évolution est à la fois positive et négative.
 
Elle pourrait entraîner des affrontements moins violents entre les deux groupes. Mais cela signifierait également que l'empreinte du groupe "État islamique" en Afrique de l'Ouest serait considérablement renforcée.
 
Par ailleurs, les combattants de Shekau pourraient décider de s'allier à d'autres groupes extrémistes de la région ou de créer leur propre faction.
 
Cela pourrait s'avérer désastreux pour le nord-est du Nigeria, déjà en proie à des difficultés, car les conflits entre les différents groupes pourraient se multiplier, avec des civils pris au piège.
 
Qui est Abubakar Shekau ?
 
 
Après avoir pris les rênes de Boko Haram après la mort de son fondateur en garde à vue en 2009, Abubakar Shekau a mené la transformation de cette secte clandestine en une véritable insurrection meurtrière qui a balayé le nord-est du Nigeria.
 
Sous Shekau, Boko Haram a organisé des attentats à la bombe, des enlèvements et des évasions de prison dans toute la région. À partir de 2014, il a commencé à envahir des villes dans le but de créer un État islamique régi par la charia.
 
Agé d'une quarantaine d'années, Shekau a soutenu une campagne djihadiste sanglante au moyen de vidéos de propagande qui lui ont valu d'être comparé à Oussama Ben Laden.
 
"J'aime tuer... comme j'aime abattre des poulets et des béliers", a-t-il déclaré dans une vidéo de 2012.
 
Depuis son arrivée aux commandes, plus de 30 000 personnes ont été tuées et plus de deux millions ont été déplacées de leurs foyers.
 
Le groupe a attiré l'attention du monde entier après son enlèvement en 2014 de centaines de filles dans une école de Chibok, dans l'État de Borno, déclenchant le mouvement #BringBackOurGirls. Nombre d'entre elles sont toujours portées disparues.
 
Peu après, les États-Unis ont déclaré Shekau "terroriste international" et placé une prime de 7 millions de dollars (4,9 millions de livres sterling) sur sa tête.
 
Le programme de Shekau était si radical qu'il a été rejeté par le groupe État islamique, qui s'est séparé de Boko Haram pour former Iswap en 2016.
 
Au Nigeria, des dollars pour qui offrirait la tête de Shakau
 
Il a été déclaré mort plusieurs fois auparavant.
 
 
Abubakar Shekau prend la tête de Boko Haram en 2009 après la mort de Mohammed Yusuf, le fondateur du groupe. Il est signalé que Shekau a été tué lors d'affrontements entre les forces de sécurité du Nigeria et Boko Haram.
 
Shekau réapparaît dans une interview enregistrée sur vidéo, admettant que, bien qu'il ait reçu une balle dans la cuisse, il a été secouru et revendique la direction de Boko Haram.
 
Selon un rapport des services de renseignement, Shekau aurait été abattu le 30 juin 2013 à la suite d'un raid militaire sur le camp de base du groupe djihadiste, la forêt de Sambisa, dans le nord-est du Nigeria. Le rapport affirme que Shekau est mort entre le 25 juillet et le 3 août 2013.
 
Un homme qui prétend être Shekau apparaît dans une vidéo récemment publiée, en vie. L'armée nigériane affirme que l'homme est un imposteur.
 
L'armée nigériane déclare que Shekau a été tué, cette fois par l'armée camerounaise, lors d'une tentative de Boko Haram de prendre Kodunga, un petit village au nord de Maiduguri.
 
L'armée camerounaise appuie ces affirmations en diffusant sur les réseaux sociaux une photo du corps de Shekau. Ce qui est ensuite contesté par les médias locaux qui soutiennent que l'homme sur la photo était un imitateur de Shekau.
 
Shekau apparaît à nouveau dans une vidéo, se moquant des allégations selon lesquelles il avait été tué.
 
Le président tchadien Idriss Deby affirme que Boko Haram a été décapité et que Shekau a été remplacé par un nouveau chef.
 
Un message audio est diffusé sur les médias sociaux au cours du même mois ; Shekau y annonce qu'il est vivant et toujours le chef de Boko Haram.
 
Août 2016 : " blessé mortellement ".
 
 
L'armée de l'air nigériane annonce que Shekau a été mortellement blessé dans des frappes aériennes.
 
Une vidéo publiée le 25 septembre montre Shekau, en vie et en bonne santé.
 
Quelle est la prochaine étape pour Boko Haram ?
 
 
La mort de Shekau ne signifie pas la fin de Boko Haram, selon les analystes.
 
Depuis la rupture, Iswap a supplanté Boko Haram en tant qu'insurrection dominante dans la région.
 
Certains prédisent que la mort de Shekau pourrait conduire à la fin de la violente rivalité entre les deux groupes, permettant à Iswap d'absorber les combattants de Boko Haram, mais d'autres disent qu'ils resteront fidèles à ses idées.
 
"Les partisans de Shekau sont divisés sur la question de savoir s'ils doivent rejoindre Iswap maintenant ou combattre Iswap", a déclaré à la BBC Jacob Zenn, rédacteur en chef du Jamestown Foundation Terrorism Monitor.
 
"Il n'y a jamais eu de plan pour que le dictateur du groupe rencontre sa mort. Il semble qu'il y aura maintenant une période chaotique."






Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Covid-19 : Tous les voyageurs internationaux interdits d’entrée aux États-Unis
Covid-19 : Tous les voyageurs internationaux interdits d’entrée aux États-Unis
Jeux olympiques de Tokyo : Un musicien sénégalais retiré de la cérémonie d’ouverture
Jeux olympiques de Tokyo : Un musicien sénégalais retiré de la cérémonie d’ouverture
RDC: tension à Kinshasa après la mort d’un étudiant tué par un policier
RDC: tension à Kinshasa après la mort d’un étudiant tué par un policier
Guinée équatoriale : L’ambassade à Londres fermée après des sanctions contre le fils du président
Guinée équatoriale : L’ambassade à Londres fermée après des sanctions contre le fils du président