« Senghor aurait pu accepter de mettre la main sur la Gambie »
Ndiouga Ndiaye, ancien ambassadeur du Sénégal à Banjul, pense que Senghor aurait pu mettre la main sur la Gambie

« Senghor aurait pu accepter de mettre la main sur la Gambie »

Ndiouga Ndiaye, ancien ambassadeur du Sénégal à Banjul, pense que Senghor aurait pu mettre la main sur la Gambie
Copyright © Senemedia.com


« Le problème de la Casamance ne peut se régler que si la question de la traversée de la Gambie est réglée ». Ces termes sont de Ndiouga Ndiaye, ancien ambassadeur du Sénégal à Banjul, capitale de la Gambie. Selon le diplomate, qui réagissait sur l’épineux problème du blocus, c’est la traversée de la Gambie qui est l’arme de chantage du président gambien Yaya Jammeh. « Il faudrait que l’on arrive à contourner la Gambie pour aller en Casamance et en restant chez nous », a dit Ndiouga Ndiaye sur les ondes de la Rfm. Faisant une rétrospection de l’histoire, M. Ndiaye a laissé entendre : « On m’a dit qu’en 1960, au départ des colons, les Français de concert avec les Anglais avaient demandé aux Sénégalais de mettre la main sur la Gambie. On en parlerait pendant deux jours, et puis ça passerait. Ce n’est pas très diplomatique, mais c’est la réalité. Senghor étant homme de Lettres et étant un grand démocrate a dit qu’il ne suivrait pas cette indication. Ce qui nous aurait évité tous ces déboires. Après ce que nous avons vécu depuis 94, je crois que le président Senghor aurait pu le faire.»

BDS







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Tentative de putsch à Sao Tomé : Macky Sall condamne
Tentative de putsch à Sao Tomé : Macky Sall condamne
Tentative avortée de coup d'Etat à Sao Tomé-et-Principe
Tentative avortée de coup d
Fonction publique : Abdoulaye Diouf Sarr prône une Administration avec zéro papier
Fonction publique : Abdoulaye Diouf Sarr prône une Administration avec zéro papier
La BCEAO invitée à poursuivre les efforts de modernisation de sa politique monétaire
 La BCEAO invitée à poursuivre les efforts de modernisation de sa politique monétaire